Equateur : bienvenue au centre du monde

Drôle d’impression de se trouver à la latitude 0, mais est-ce vrai que l’eau tourne dans l’autre sens dans l'hémisphère Sud ?

Nous ne comptons plus les frontières passées mais celle-ci est vraiment tranquille, sans tramidores ni attente. Tout se déroule comme sur des roulettes et nous pouvons partir à la recherche de l’assurance du véhicule qui est obligatoire, mais pas proposée à la douane ! Étant encore avec l’équipage du Franky, c’est David et Jacky qui partent à la recherche du petit papier dans la première petite ville rencontrée. C’est le dimanche de fête des mères, jour férié, ils reviennent donc bredouilles. Nous trouvons une belle place dans la ville d’Ibara, sur les berges du lac. Il y a plein d’activités alors nous nous mêlons aux locaux et en profitons pour nous amuser. Une fois notre assurance récupérée, nous allons faire le plein de gaz propane. Chose incroyable, cela nous prend toute une journée car les locaux ne sont vraiment pas pressés. Pour le Franky, c’est un peu plus complexe, il faut faire faire un adaptateur car c’est une citerne et non des bouteilles comme nous. Et même après avoir fait installer l’adaptateur, le remplissage reste épique et limite burlesque si ça n’avait pas été si dangereux, le propane liquide s'échappant partout jusqu'au sol.

20130512-P1020900

20130512-P1020896  20130512-P1020901

20130512-P1020902

20130512-P1020927 

20130514-P1020979

20130514-P1020992  20130514-P1020996

Nous avons une bonne adresse de bivouac dans une hacienda dans la « pampa ». Hélas, après un bon bout fait de pistes grimpantes, nous arrivons à la porte et le Franky ne passe pas dessous. Pas grave, nous reprenons la route et choisissons un arrêt au Lago Cuicocha. Notre ballade du lendemain est un peu gâchée par le brouillard mais le paysage vaut le coup d’œil.

20130515-P1030034  20130515-P1030038

20130515-IMG_4146

20130515-P1030022  20130515-P1030024

20130515-P1030042

Un petit arrêt de deux jours à Otavalo, le temps de profiter de son beau marché de produits artisanaux. Nous faisons un peu le plein et habillons Clément en petit local !

20130515-P1030047  20130516-IMG_4205

20130516-IMG_4220

20130515-P1030051  20130516-IMG_4178

20130516-IMG_4191

20130516-P1030052

Cette fois-ci, c’est direction la capitale, Quito. Nous nous stationnons en plein centre-ville dans un stationnement gardé jour et nuit. Notre première sortie le lendemain est pour faire le tour des agences de voyages. Mais pourquoi me demanderez-vous, vous êtes déjà en voyage ? Eh bien oui, on peut se payer des vacances dans nos vacances. Bon arrêtons de jouer avec les mots, j’explique: l’Amazonie est une immense région qui même si elle est en grande partie au Brésil, couvre aussi une partie de l'Equateur. Seulement, c’est impossible de s’y rendre en véhicule. Vous comprenez maintenant l’idée de l’agence de voyages ? Nous voilà en quête d’un séjour de 4 ou 5 jours en Amazonie. Les premières agences nous proposent des séjours trop classes et trop chers pour notre portefeuille. Puis, nous nous en trouvons une qui nous offre un séjour tout à fait correct. Mais juste avant de sortir je pose LA question : avez-vous des séjours  «dernière minute» pour les Galápagos ? Et là, nous étions faits ! Faut quand même préciser que nous avions abandonné l’idée d’aller aux îles Galápagos, car les tarifs étaient vraiment trop élevés pour nous. En conclusion, nous sortons de l’agence avec un séjour pour 5 dans les fameuses et réputées îles Galápagos pour 4 nuits et 5 jours à bord d’un yacht haut de gamme, et qui part deux jours plus tard ! Dans notre enthousiasme, nous entraînons Françoise et Jacky. Youpi nous partons tous pour les Galápagos !  C’est à ce moment-là que j’arrête de vous saouler avec ce séjour, car il fera l’objet d’un article à lui seul. Patience, ça vaut la peine !

20130516-P1030058  20130516-P1030061

20130517-P1030076  20130517-P1030080

20130517-IMG_4231  20130517-IMG_4243

20130517-IMG_4254

20130517-IMG_4257  20130517-IMG_4249

20130516-P1030064

Comme il nous reste deux jours avant notre départ, nous visitons La Mitad Del mondo (la moitié du monde). C'est un lieu touristique par lequel passe la ligne de latitude zéro. En 1736, une expédition française est venue à Quito pour effectuer les relevés permettant de situer l'équateur. Ces mesures établirent que la terre présente un renflement à l'équateur et qu'elle est plate aux deux pôles. Les services géographiques de l'armée équatorienne ont permis depuis de déterminer la véritable ligne équinoxiale, distante de quelques centaines de mètres de la précédente. Les francais ne s'étaient pas trompés de beaucoup à l'époque, et le monument représente cet emplacement originel. Le musée, situé lui sur la vraie ligne, nous propose pleins d'expériences plus amusantes que crédibles et aussi de nous amuser à passer et repasser de l'hémishpère Nord à l'hémisphère Sud en 1 pas. Il y a également une bonne présentation des tribus d'Amazonie dont celle nommée : la tribu des réducteurs de tête. Gloups !

20130518-IMG_4287

20130518-IMG_4267

20130518-IMG_4276  20130518-P1030090

20130518-P1030092

20130519-IMG_4383  20130519-IMG_4388

20130519-IMG_4385

 

20130518-P1030095  20130519-IMG_4394

20130519-IMG_4400  20130519-IMG_4407

De retour de notre escapade aux iles Galápagos, nous retournons dans l’agence de voyages pour réserver notre séjour en Amazonie. Tout est parfait, il nous faut juste nous rendre à Lago Agrio à deux jours de route. C’est en ce dimanche de fête des mères (cette fois-ci à la date française) que nous quittons avec grande émotion Françoise et Jacky, nos amis de 5 mois de route. Ils doivent avancer plus vite que nous, car leur retour en France est prévu et il leur faut trouver un endroit sûr pour laisser leur grand Franky en stockage. Ils sont devenus nos parents de voyage et les grands-parents d'adoption de nos enfants qui sont souvent en mal de leurs vrais papis et mamies. Ce qui nous console, c’est que, comme ils sont Français, eh bien nous les reverrons à notre retour en France. Merci mille fois les amis et à très bientôt !

Nous nous rendons donc à Lago Agrio par une route de montagne relativement bonne, même si quelquefois des ponts sont effondrés. Nous trouvons à laisser notre Macc 5 jours sur le stationnement du consulat de Colombie où les habitants du coin veillent sur lui. Nous comprenons que les Colombiens sont très présents dans cette région, car ils travaillent pour les compagnies pétrolières implantées dans ce coin d’Amazonie.

20130526-P1030969  20130527-P1030971

20130519-P1030118

C’est après trois heures d’autobus et quatre de bateau que nous arrivons au lodge (campement) en pleine Amazonie, un peu mouillés, car nous avons eu droit aux averses amazoniennes tout au long du trajet en bateau. Nos cinq jours sur place sont rythmés par les sorties en lancha ou en canoë et nos balades en forêt. Nous avons la chance (spécialement pour les enfants) d’approcher de très près une petite femelle singe de un an que le guide a sauvé d’une famille qui voulait la tuer pour la manger. Notre guide Jacob est un indien d’Amazonie de la tribu des Quetcha. Il a eu l'opportunité de sortir de sa région pour étudier le tourisme à Quito. Lorsqu’il rentre dans son village, il éduque sa famille et ses proches à la protection de leur environnement. Ce qui n’est pas vraiment facile, car la forêt amazonienne leur fournit toutes les ressources de base nécessaires à leur survie : nourriture, matériaux pour leur maison…etc. Ils n’ont pas conscience des espèces animales ou végétales protégées. La petite singe, Liana grimpe souvent sur notre lancha pour venir explorer la forêt avec nous. Jacob nous explique qu’elle apprend à se nourrir seule dans des environnements différents. Il est prévu de la relâcher beaucoup plus loin dans la forêt dans les deux mois à venir. Chaque soir avant de se coucher, nous inspectons minutieusement nos lits sous la recommandation de Jacob. Nous trouvons des cafards géants dans les bottes de Clément et un gros crapaud dans la douche.

20130528-P1040069  20130528-P1040027

20130528-P1040088

20130529-IMG_6794

20130601-P1040632  20130529-P1040099

20130531-P1040471

20130528-IMG_6531  20130529-IMG_6551

20130529-IMG_6573  20130529-IMG_6591

20130528-IMG_6496  20130528-IMG_6502

20130528-P1040096

20130529-P1040324

20130529-IMG_6584  20130529-IMG_6606

20130529-IMG_6620  20130529-IMG_6650

20130529-IMG_6715

20130529-IMG_6644  20130529-IMG_6670

20130529-P1040272

20130529-IMG_6772  20130529-IMG_6761

20130529-P1040319

20130529-P1040117

20130531-P1040495  20130531-P1040503

20130531-P1040591

20130529-P1040146

20130530-IMG_6918  20130530-IMG_6930

20130530-IMG_6914

20130528-IMG_6487

20130531-P1040532  20130531-P1040551

Nous partons une journée dans la famille de notre conducteur de bateau. Dans sa maison rustique, nous apprenons à faire du pain de yucca: de la récolte jusqu’à la cuisson nous participons à toutes les étapes. Nos cinq jours ici, hors du monde et du temps nous apporte beaucoup. Sans communications ni électricité nous en profitons pour ne rien faire en écoutant les bruits de la forêt depuis nos hamacs. Comme dit David : « Dire qu’il y a des gens qui achètent des CD de bruits de la jungle amazonienne pour relaxer et que nous, nous avons la chance d’en profiter en vrai ». Nous ne voyons pas beaucoup de gros animaux, car ceux-ci sortent plus la nuit et sont très discrets, mais par contre nous découvrons énormément d’insectes et quelques serpents. Ça grouille ! Nous repartons enchantés de notre séjour.

20130530-IMG_6926

20130530-IMG_6940  20130530-IMG_7009

20130530-IMG_6972

20130530-IMG_6991

20130530-IMG_7025

20130530-IMG_7038

Sur la route de notre retour à Quito, nous sommes obligés de patienter plus de 6 heures, car un affaissement de terrain survenu 3 jours plus tôt, a défoncé la route, mais surtout l’oléoduc (pipeline en bon français !). Nous arrivons quand même aux thermes de Papallacta pour une belle journée d’anniversaire de Clément. Notre grand garçon de 5 ans est très content de sa journée de fête.

20130602-P1040645

20130602-P1040660  20130602-P1040665

20130602-P1040668

20130603-P1040681

20130603-P1040694

20130603-P1040701

20130603-P1040718

20130603-P1040745

Nous retournons sur Quito, car nous avons un roulement avant à faire changer chez Fiat. Le Macc reste deux jours au garage, car en voulant enlever le vieux roulement, le mécano brise la terminaison de direction qui soit dite en passant était en train de lâcher. Très accueillante et professionnelle, l’équipe nous propose de dormir dans le véhicule au garage et plusieurs mécanos se démènent pour nous fabriquer cette terminaison, car ils ne font pas ce modèle en Equateur. La facture sera une bonne surprise pour nous : seulement 100 dollars ! Vraiment Fiat Equateur à la cote pour nous. Mais il faudra quand même que l’on fasse remettre une biellette de direction originale dans un prochain pays.

20130606-P1040779  20130606-P1040781

20130606-P1040767

Cette fois-ci, direction le Pérou. Eh, pas si vite ! Nous voulons passer voir le volcan Chiborazo dont le sommet culmine à prêt de 6300 mètres. C’est le sommet le plus haut des Andes équatoriennes et le plus haut sommet du monde. Je vois que vous doutez de moi là. Alors voici l'explication : la terre étant aplatie aux pôles et un peu surélevée au niveau de l’équateur (le diamètre est de 21 km plus grand à l’équateur qu’aux pôles), le sommet du Chimborazo est donc plus éloigné du centre de la Terre que celui de l’Everest, ou si vous préférez, il est le plus proche du soleil. Ça vous en bouche un coin non ? Nous montons avec MACC jusqu’au premier refuge à 4850 mètres. Youpi nous sommes plus hauts que le Mont Blanc ! Mais voilà, après 4 heures sur ce site, nous commençons à être malades de l'altitude. Maux de tête pour tout le monde et vomissement pour les deux grands. Nous décidons de redescendre passer la nuit à l’entrée du parc à 500 mètres d’altitude plus bas. La nuit n’est pas super bonne, mais le lendemain tout rentre dans l’ordre quand on reprend la route.

20130607-P1040799

20130607-P1040815

20130608-IMG_7228

20130607-P1040822

20130608-P1040838

20130608-IMG_7251

C’est un peu long, car nous sommes dans les montagnes et même si la qualité des routes est bonne, c’est tellement sinueux qu’il nous faut du temps. Nous bivouaquons un samedi soir dans le stationnement d’un hôtel à La Troncal, plus très loin du Pérou. Les enfants sont contents, car il y a piscines et toboggans d’eau. Le dimanche matin, lorsque nous voulons démarrer, il n’y a plus de jus. Mais rien ne nous affole. Depuis quelques semaines, David a l’habitude de trifouiller dans le moteur après la cosse de la batterie quand le MACC ne démarre pas (c’est-à-dire à chaque fois depuis une semaine). Il pense qu’il y a un mauvais contact dans la cosse. Mais cette fois-ci, BOUM, la batterie explose dans un grand bruit. Tout le monde autour de nous accourt et nous, nous sommes figés. Nous n’y comprenons rien. Une chance, David n’est pas blessé, du coup on en rigole. Mais la batterie est H.S., elle est complétement détruite et coule de l’acide sur le stationnement. Deux gars sympas se proposent d’aller avec David en ville en chercher une neuve. Apparemment, ici même le dimanche les magasins sont ouverts : une grande chance pour nous et une heure plus tard après, nous pouvons repartir avec un Macc qui démarre au quart de tour. David en conclut qu’il y avait sûrement un mauvais contact à l’intérieur de la batterie qui en a enflammé l'hydrogène, donc que celle-ci était défectueuse.

20130609-P1040862

Maintenant, en route pour le Pérou !

 

4 réflexions au sujet de « Equateur : bienvenue au centre du monde »

  1. Toujours le fun de vous lire ! Bientôt à jour vous avez bien travaillé !!! Pourtant c'est les vacances !!!! 

    Orlanr t'as pas l'air sûre par contre avec le singe hihihi   

    Bisous à tous les 5

  2. Coucou,

    encore un article qui nous permet d evoyager avec vous. Bisous à tous les 5 et portez vous bien

    @deline

  3. salut la compagnie

    ça fait super longtemps que je n'ai pas eu d vos news !!!

    mais que se passe-til ?

    bisous tout frisquets

Les commentaires sont fermés.